Chers Amis(es)

 

Je vais devoir vous abandonner quelques jours.

Je rentre de chez ma grande soeur qui habite dans la même commune que moi.

Elle vient d'apprendre que son fils s'est donné la mort en fin de soirée.

Il laisse une jeune femme et deux enfants en bas âge, 2 ans et demi, et 7 ans.

Demain matin, à la première heure je vais l'emmener à Castres car elle est dans l'incapacité de conduire tant elle est effondrée. 

Je ne sais combien de temps je serai absent.

Votre  ami,

Claude