Bonjour les amis(es)

 

En ces jours de réjouissances, de bonheurs et de gaieté je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour ceux qui souffrent et ceux qui subissent des injustices.

C'est pourquoi je voudrais vous parler de madame Jacqeline SAUVAGE dont vous avez peut-être entendu parler dans les médias. 

Cette femme, âgée de 68 ans vient d'être définitivement condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari à coups de fusil.

Pendant près de 50 ans elle a été battue, séquestrée, violée. Deux de ses filles ont également été violées par leur père.

Plusieurs séjours aux urgences, à la suite des coups reçus, n'ont pas alerté les services "compétents". 

Face à un mari d'une extrême violence elle n'a jamais pu déposer de plainte par peur des représailles.

Le tribunal n'a retenu que l'homicide sans vouloir tenir compte des circonstances qui l'avaient motivé.

 

Une pétition demande au président de la République de gracier cette pauvre femme victime d'une inéquité qui ne peut que me désoler. 

Je pense qu'en tant que femmes cette tragédie doit encore davantage vous toucher et que vous ne pouvez être insensible à l'injustice qui frappe  madame SAUVAGE.

Au moment où j'écris cette pétition a recueilli plus de 200 000 signatures. Vous la trouverez en allant sur "change.org" et en tapant "pétition Jacqueline SAUVAGE". (Je ne sais pas mettre un lien sur un article)

 

Je suis de plus en plus triste de voir que notre justice est à plusieurs vitesse. En 1999, mr Edmond Hervé, secrétaire d'Etat à la santé, a été reconnu coupable dans l'affaire du sang contaminé qui a tué plusieurs centaines de personnes mais a été exempté de peine. Les hémophiles décédés n'avaient pourtant fait aucun mal.

 

Voilà, si le sort de cette dame vous touche il vous suffit de quelques clics pour essayer de lui permettre de sortir de sa prison.

Bien sûr si certaines ou certains parmi vous voulait relayer cet appel il ne faudrait surtout pas hésiter.

Lorsque j'étais enfant, ma maman me disait qu'on ne touche une femme qu'avec des fleurs. Pour moi, sa jolie phrase justifie pleinement ce billet.

 

A bientôt mes chères et chers Amis.

Claude